En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Terminal Fos

Les actualités

Retour aux actualités

L’Environmental Ship Index : Un outil financier incitatif pour la qualité de l’air

Environemental ship index @ IAPH

PORT VERT

Suivant les recommandations de la World Ports Climate, initiative mobilisant 55 des plus grands ports mondiaux en faveur du climat, le port de Marseille-Fos a adopté en mai 2017 l’Environmental Ship Index (ESI). Non seulement cet indice traduit la performance environnementale des navires, mais il pose un principe de notation accordant aux armateurs vertueux une réduction de leurs droits de port. Une incitation de l’ensemble des transporteurs à limiter leurs émissions de gaz.  

L’ESI va nettement plus loin que les exigences réglementaires en vigueur puisque le score de zéro sur 100 correspond à une performance alignée sur ces obligations ! La « prime à l’escale » est accordée aux porte-conteneurs et paquebots de croisière obtenant un score supérieur ou égal à 35, soit l’équivalent du bonus attribué aux navires dotés d’une connexion au réseau électrique terrestre. Des efforts supplémentaires font augmenter la note, comme l’installation de « scrubbers », dispositifs de neutralisation des gaz toxiques.  

Pour Alain Mistre, président du Comité Marseillais des Armateurs de France (CMAF), l’adoption de l’ESI est un signal fort adressé aux compagnies. « Avec l’électrification, les postes à quais, les scrubbers, l’investissement est considérable pour les armateurs. Le discount sur les droits de port les soulage. Ils se sentent moins seuls à endosser de lourdes responsabilités environnementales et financières ». Alain Mistre parle en connaissance de cause. Directeur Exploitation portuaire chez Corsica Linea, il fait état des 30 millions investis dans le « verdissement » de la flotte via l’installation de scrubbers et de moteurs à propulsion GNL (Gaz Naturel Liquéfié).  

Comme l’économie verte sur terre, l’économie bleue, respectueuse de la mer, est une tendance de fond à laquelle beaucoup d’armateurs et d’acteurs de la logistique maritime sont déjà partiellement convertis. La transformation en profondeur prend néanmoins du temps. « On met beaucoup de choses en route, mais impossible d’aller plus vite que la musique ! », justifie-t-il. Le président du CMAF  souhaite néanmoins témoigner dès à présent des progrès accomplis, y compris devant les observateurs les plus intransigeants, les riverains du port. Il les invite en particulier à se rendre au Blue Maritime Summit, le 17 octobre prochain au cinéma EuropaCorp La Joliette, dans le 2ème arrondissement de Marseille. L’événement, organisé par le Club de la Croisière, vise à partager en direct avec le grand public les avancées de l’économie bleue en termes environnementaux et sanitaires. 

Préinscription :  https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSf62Fq4C1-jDo4zRduNs0Z9LG4WdJyHtZT3-r4iJWGGy4tutw/viewform