En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Terminal Fos

Favoriser l’éco-pilotage des navires

organisé par
Relevez le défi !

Pourquoi ce défi ?

Pourquoi

Les enjeux de qualité de l’air liés à l’exploitation des sites portuaires en milieu urbain sont devenus une préoccupation de tous les acteurs publics, économiques, associatifs et des citoyens riverains. 

L’éco-conduite est une action qui permet d’ores et déjà à chacun de réduire les émissions polluantes liées ses déplacements en voiture particulière, en adaptant au quotidien sa manière de conduire. Des applications existent pour que chaque particulier puisse apprécier son impact.

Le parallèle peut être fait pour la navigation maritime, notamment pour les manœuvres portuaires, où de nouvelles techniques de manœuvre et de régulation des flux peuvent permettre une consommation réduite de carburant et donc une baisse des émissions atmosphériques associées.

D’ores et déjà, des actions sont menées sur la réduction des vitesses d’approche des navires à proximité et à l’intérieur des bassins, lors des épisodes de pollution (arrêté préfectoral portant organisation des mesures d’urgence en cas d’épisodes de pollution) et de manière pérenne pour les croisiéristes (charte bleue).

De manière complémentaire à ces actions, l’objectif du challenge est de proposer aux pilotes un outil qui démontre la pertinence et l’impact de l’éco-pilotage, tout en tenant compte des impératifs premiers de sécurité liés aux conditions météorologiques et de trafic, ainsi qu’aux caractéristiques des navires.

Sur le plan de la faisabilité, compte tenu des conditions de sécurité nécessaires à la réalisation des opérations, le dispositif d’éco-pilotage pourrait être envisagé sur une base conditionnelle, ou selon des procédures progressives. A Marseille, la situation météorologique la plus pénalisante pour la population riveraine est un régime de brises alternées, pour lequel AtmoSud pourra proposer une prévision à la fois météorologique (utilisant sur la base des disponibilités les flux des mesures réalisées par le GPMM sur le port) et de niveau de pollution prévisionnel induit par les panaches des navires (travaux développés dans le projet DIAMS avec PMSS).

Descriptif

Le défi visera à proposer aux pilotes un outil de calcul de l’impact environnemental des manœuvres. Les vitesses adoptées, les trajectoires suivies, et les puissances utilisées sont les paramètres sur lesquels les pilotes pourront agir pour appliquer cette nouvelle approche de la manœuvre des navires.

Concrètement, il sera développé une application permettant de quantifier les émissions polluantes pendant toute la phase d’approche et de manœuvre de navires « types » en intégrant les données recueillies sur le simulateur de manoeuvre de la Station de Pilotage de Marseille.

Pour vérifier la pertinence de ces résultats, ceux-ci devront être comparés aux valeurs réelles calculées à partir de données « in situ » fournies par les compagnies de navigation (volontaires) ainsi qu’aux données fournies par les motoristes (type de moteur, carburant utilisé …).

Exemple de situation

Lors d’un évitage (demi-tour sur place), l’utilisation préférentielle du propulseur d’étrave par rapport aux hélices permet d’utiliser pour la giration (rotation) une moindre quantité d’énergie. Mais comment quantifier ce gain en termes d’émissions polluantes ? (Chaque navire effectue systématiquement un évitage à chacune de ses escales portuaires.)

De même, selon les circonstances et si le pilote a le choix du bord à quai, l’utilisation d’un vent favorable peut réduire le temps d’utilisation des machines et ainsi potentiellement les émissions polluantes.

Bénéfices attendus

En fonction des données disponibles, les résultats pourront quantifier les émissions de CO2, de SOx, de NOx etc…et permettront de communiquer aux autorités, aux organisations environnementales et aux riverains, des chiffres pertinents.

Dans un second temps, ces résultats serviront de référence à un projet plus global, impliquant non seulement les pilotes, mais également tous les acteurs portuaires afin de créer au sein des bassins du GPMM les conditions optimales à l’éco-manoeuvre (s’étendant au-delà de l’action du pilote, intégrant les vitesses d’approche des navires jusqu’au positionnement des navires).

.

Expérimentation, ressources et co‑innovation

Périmètre

La majeure partie de la recherche s’effectuera à partir du simulateur de manœuvre installé au siège du Syndicat des Pilotes Marseille-Fos situé au 190, Quai du Port à Marseille.

Afin de limiter la quantité des données à collecter, la recherche sera ciblée sur une sélection de navires « type » ( Ferry, paquebot, roulier, porte-conteneur...).

Ressources mises à disposition

Les pilotes de Marseille mettront à disposition leur expertise professionnelle ainsi que les résultats et les données obtenus à partir de leur simulateur de manœuvre.

Ils faciliteront dans la mesure du possible l’accès aux données « in situ » des navires ciblés.

AtmoSud met à disposition les données de l’observatoire de la qualité de l’air, les données de facteurs d’émission des navires disponibles et participera à la modélisation des émissions.

Les partenaires du défi faciliteront les contacts avec les professionnels nécessaires à la recherche.

Co-innovation 

Les partenaires du défi et la start-up œuvreront à la définition d’un outil numérique fiable de quantification des rejets atmosphériques.

Le simulateur sera utilisé comme outil d’innovation en générant les bases de données pour alimenter les algorithmes de calcul et pour identifier les leviers les plus efficaces dans l’élaboration des techniques d’éco-pilotage.

Cet outil permettra de quantifier la diminution relative des émissions polluantes et de renseigner des indicateurs à définir ( Ex : indicateur de performance de manœuvre …)

La bonne réalisation de ce challenge permettra par la suite d’envisager le développement d’une nouvelle approche de la régulation des trafics portuaires afin de permettre aux opérations de pilotage d’être les plus vertueuses possibles du point de vue de la qualité de l’air et ainsi de communiquer sur la performance environnementale du port.

De même, en fonction des résultats, l’éco-pilotage pourra faire l’objet de modules de formation interne pour les pilotes, lors de leurs programmes d’entraînements sur simulateur.

Profil de startup recherché

  • Connaissance du secteur maritime
  • Connaissance de l’écosystème des motoristes
  • Capacité d’extraction et de traitement des données existantes
  • Compétence en algorithme de calcul, en outil d’évaluation et en modèle d’optimisation 

.